Tocards cosmiques

Après quelques recherches pragmatiques, je suis arrivé à la conclusion que les prévisions d’activité solaire ne sont généralement que de la foutaise.

Les quelques radioamateurs qui prétendent avoir une connaissance approfondie de la propagation HF pourraient tout autant lire dans des os de poulet ou en palpant des testicules de bouc, comme le ferait n’importe quel sorcier qui se respecte, pour établir leurs « prédictions ».

Ce qui frappant, c’est que ces « chamanes du soleil » autoproclamés ont réussi à convaincre un grand nombre d’autre radioamateurs, par ailleurs intelligents, qu’ils pouvaient réellement prévoir la propagation radio.

Cela se voit d’ailleurs au nombre incalculable de pages web qui affichent une de ces images « live » du soleil, accompagnée de quelques numéros vaudous supposés vouloir dire quelque chose.

Maintenant, avouez-le: Vous est-il déjà arrivé d’entrer dans votre shack, d’allumer votre ordinateur, d’aller voir votre page web et, en voyant que les prévisions de propagation étaient mauvaises, de quitter le shack sans même allumer votre récepteur ? Pensez-vous vraiment que les autres vont allez consulter l’encart magique de votre site web afin de décider s’ils allaient trafiquer aujourd’hui ?

Bien sur que non ! Vous avez mis ce petit graphique sur votre page web parce que ça fait « cool ». Cela fait un lien entre votre hobby et l’espace, et vous pensez que cela vous donne l’air malin.

Je ne suis pas complètement débile; je sais bien que certains ont étudié pendant des années et ont obtenu plusieurs doctorats en physique spatiale, qu’ils passent leur vie à étudier la météo spatiale et ses effets sur l’ionosphère, qui détermine le conditions de propagation radio. Et je suis certain que leur savoir doit être utile à la NASA ou à ceux qui lancent ou exploitent des satellites au dessus de nos têtes.

Mais.. faisons un rapide calcul, si vous le voulez bien ?

Notre soleil est une étoile active depuis 4,5 milliards d’années. Les humains ne mesurent l’activité solaire que depuis quelques siècles, et nous ne connaissons la relation entre cette activité et la propagation HF que depuis 75 ans. Alors voyons… Oseriez-vous, après avoir regardé un homme de 65 ans pendant 3 secondes, prétendre que vous en savez assez pour prévoir toutes ses actions futures !

Cela explique d’ailleurs en grande partie pourquoi le récent minimum d’activité solaire a causé aux pronostiqueurs tant d’agitation et de nuits blanches.

Dès que quelques taches ont pointé leur nez à la surface du soleil il y a quelques semaines, ils se sont empressé de nous dire « vous voyez, nous vous l’avions dit que le cycle 24 allait arriver ! »… et puis les tâches ont disparu comme elles étaient venues, et le soleil est redevenu calme.

Il doit vraiment être dur pour eux d’avoir tort aussi souvent et aussi longtemps. Ces comiques ne sont même pas au niveau des présentateurs météo de la télé, qui arrivent quand même à nous donner une fois sur deux sans se tromper le temps qu’il a fait, après coup !

Mais oublions un moment le fait que ces gars-là n’en savent pas plus que nous tous sur les prédictions de  propagation HF, même si eux le croient.

Quelqu’un ici prend-il leurs observations au sérieux, ou les trouve-il utiles, en pratique ?

Si j’allume mon récepteur, en deux minutes je dois pouvoir vous dire si la propagation est bonne sur les différentes bandes. Il n’y a pas besoin de confirmation par un graphique rigolo tiré d’une page web ! Et à l’inverse, si le graphique rigolo me dit que les conditions sont mauvaises, j’allumerai quand même mon transceiver ! Je n’ai pas tant de temps que cela à consacrer à la radio, alors je ne vais pas m’en priver juste parce que l’on nous a prédit de mauvaises conditions !

Mais alors, à quoi ça sert ?

Si vous chassez le DX, il vous sera plus utile de regarder le cluster que les séries de chiffres de la météo solaire. Si vous faites des contests, les conditions de propagation ne vous intéressent pas non plus puisque de toute façon le contest aura lieu à telle date, que la propagation soit bonne ou non ! Je ne pense pas que le CQWW ait déjà été reporté pour cause de « mauvaises prévisions de propagation » ?

Alors donc, je vous le redemande, à quoi ça sert ?

Il est parfois intéressant de faire l’expérience d’une chute brutale de la propagation et d’apprendre ensuite de la NASA qu’une éruption solaire en était responsable. Ceci dit, cette information arrive généralement après les faits, et ne sert pas à grand chose.

Quand les chamanes du soleil pourront réellement changer le nombre de taches solaires, ou bien me dire comment sera la propagation entre chez moi et l’Australie sur 20m le 20 Juin 2012 -sans se tromper- alors là, je serai impressionné. Mais il n’y a rien d’impressionnant, ni aucune compétence particulière nécessaire pour lire les observations de la NASA, les triturer, les arranger à sa manière, et diffuser cela comme votre propre bulletin de prévisions de propagation.

Allez-y, vous pouvez le faire vous-même, comme n’importe qui d’autre !

Mais si vous pensez que nous avons parmi nous des magiciens prophètes qui ont un don spécial pour prédire où iront vos signaux radio lorsque vous appuierez sur le manip, libre à vous.

Il y en a bien qui croient aux horoscopes…

(Librement traduit et adapté d’un article de KE9V, avec son aimable autorisation)

5 réponses sur « Tocards cosmiques »

Tiens! Justement!
C’est quand qu’on essaye depuis FK?
Depuis le temps, t’as bien du trouvé deux palmiers pour tendre un bout de fil!
😉

73’s

Personnellement, le SFI me suffit. Quand il monte je suis content. C’est comme la météo, seule la tendance m’importe.
Le DX c’est la distance inconnue. Pour mieux savourer les premiers instants qui suivent un CQ DX, il faut conserver le petit voile de mystère autour de l’indicatif de celui qui nous répond. Il arrive parfois que l’incertitude soit un plaisir…

–… …–

Salut Laurent,

Excellent billet en effet, et comme dit 5mww, c’est la tendance qui compte. C’est pas demain la veille où on fera du LP sur 10m, mais il est quand même marrant/instructif de mettre en relation les contacts / les indices « solaires » / bandes de fréq. De là à prédire, non. Mais ça peut aider (bandes basses par ex).
Après, que le prochain pic ait un SFI de 150 ou 200, j’m’en fiche, ça ne pourra pas être pire que ces derniers temps (Ah, sacré CQWW en Octobre dernier, l’exception qui confirme « la règle » !).
Bons DX
Ronan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.