Ceci est un serveur web

linksys_nslu2_board

Regardez la taille des connecteurs USB (en haut) et jugez donc de la taille de l’ensemble !

Il s’agit d’un petit accessoire réseau, commercialisé par Linksys sous l’appellation NSLU2. On y branche un ou deux disques durs (ou clefs) sur les ports USB, et on relie le tout au réseau Ethernet de la maison. Les disques durs deviennent alors disponibles pour l’ensemble des ordinateurs du réseau.

Chose amusante, Linksys a utilisé Linux pour faire tourner ce mini-serveur. En respect de la licence GPL, Linksys publie donc le logiciel interne.. et la commauté Linux s’en empare en toute légalité pour le hacker.

Du coup, il est possible de détourner ce NSLU2 de son usage premier, et de le transformer en remplaçant le firmware d’origine par un OS Linux ad-hoc. On obtient alors un serveur réseau absolument silencieux (avec des clefs USB), et très écolo avec une consommation électrique de l’ordre de 10W. Il tourne à 266MHz avec 32MB de RAM.

Pas d’écran, pas de clavier. On y accède par le réseau (SSH) notamment.

Après.. A vous d’inventer la vie qui va avec, comme dit la pub ! Un serveur APRS, un cluster, un serveur PSKMAIL, un client bittorrent, des services internet (web, mail …)…

Pour ma part j’y ai installé une application qui gère ma station météo. La station est reliée sur un port USB du NSLU2, le logiciel qui tourne sur le NSLU2 s’occupe alors de récupérer les données météo, de les stocker et de les diffuser à intervalles régulier sur différents réseaux, comme sur l’APRS ou bien sur Weather Underground. Tout cela sans PC et sans bruit !

4 réponses sur « Ceci est un serveur web »

Bonjour ,
Ca fait déja des années que Linksys fait des appareils pour les radioamateurs 🙂

Les fameux points d »acces WIFI WRT54G qui servent pour le packet Radio avec (X)net ou l’APRS avec Digi_ned avec comme firmware Openwrt et des packages à télécharger …
Avec en plus une liaison 54Mbits sur les bandes amateurs avec changement de Quartz.

Ici plusieurs liaisons 2,3Ghz de plus de 10km à haut-débits , histoire de relancer le backbone packet/aprs.

73 de YANN – F1NGP

Bonjour Yann,

Oui, les WRT sont hackables eux aussi. Par contre, je ne suis pas spécialiste, mais j’imagine qu’il est plus difficile d’y relier des stockages (clefs USB par ex), les seuls périphériques étant les interfaces réseau ? La NSLU2 boote sur son firmware, puis embraye direct sur la clef, il est donc possible d’y mettre des softs plus lourds, ou d’avoir des applis qui stockent des infos.

En tout cas c’est très rigolo, j’ai même envie d’acheter un autre NSLU2 pour faire autre chose à côté du premier HI !

Intéressant, je ne connaissais pas ces boards. J’ai aussi des wrt45g que j’avais flashé avec openwrt, j’avais même fait tourner Xnet, le fameux routeur ax25… J’ai aussi essayé dd-wrt qui est un excellent firmware pour le wifi, mais malheureusement pas libre. Sinon mon penchant, se sont des véritables serveur embarqués de chez PC-engines avec processeurs de famille intel (geode), ce qui me permet d’avoir un serveur qui consomme à la base que 5 watts + la conso des périfériques. L’avantage là est qu’il n’y a pas besoin de faire de la cross-compilation, et là on peut faire tourner des applications plus gourmandes en ram, ces boards sont assez simple à bricoler. Le QSJ est assez semblable à la solution linksys.

A bientôt et à un de ces 4 sur l’air…

73’s, Dom.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.