Catégories
radioamateur

Ca me va !

1979-ref-raison-detre.png

6 réponses sur « Ca me va ! »

Après réflexion, pas grand chose en fait ! Tu as eu bien raison de rappeler ces principes fondateurs dont les « jeunes » n’ont sans doute jamais entendu parler. Le Refuthon n’est-il pas finalement la simple déclinaison opérationnelle de ces principes ?
Bonne journée.
Bernie

Je ne suis pas vieux, et je n’ai jamais connu que le REFU.. ces lignes sont frappées au coin du bon sens, et il est significatif de remarquer que la convivialité (« unir », « créer un lien amical ») est un objectif prioritaire.

Ce que l’histoire nous dira peut être, c’est de savoir s’il est possible de la restaurer en changeant les structures.

J’ai des Radio-REF plus ancien, où l’organisation était décrite dans des termes militaires (sections, chefs). Là, dans les années 70, ça paraît mieux adapté à notre époque. Les statuts de cette époque seraient peut être adaptés, qui sait ?

Il faudrait demander à F5HX, il était déjà aux responsabilités…

Bonjour à tous,

Félicitations Laurent ! Un petit retour en arrière est toujours instructif.

Le REF avait réellement pour but de réunir des *individus*. Il avait été bâti par des Hommes.

Le REF-UNION a uniquement pour but de réunir des structures donnant une illusion de représentativité massive et unitaire. Il a été bâti par de simples bureaucrates à l’esprit compliqué.

[/i]« Il faudrait demander à F5HX, il était déjà aux responsabilités… »[/i]

Aux responsabilités, vers 1970 ? Pas vraiment. Mais il y aurait tant à dire sur ce personnage, son rôle et son apparente inamovibilité…

J’en profite pour signaler ici à Bernard que malgré certains de ses messages passés peu aimables à mon encontre et nos petites différences de conception du radio amateurisme, ces dernières me semblant d’ailleurs de plus en plus faibles et peu nombreuses à mesure que je le lis, je partage une bonne partie de ses revendications actuelles au sujet du REF-UNION.

Je suis seulement embarrassé par la méthode utilisée qui, de mon point de vue, me semble manquer de préparation et donc risque de souffrir rapidement des brèches laissées un peu trop ouvertes.

Néanmoins, la tentative mérite d’être saluée et a déjà au moins deux effets positifs : elle fait circuler les informations et elle fait sans nul doute aussi réfléchir quelques rares acteurs de la vie du « Big Bazar ». Attention tout de même à ne pas en faire trop et à ne pas perdre toute crédibilité en étant mal accompagné.

Comme vous tous ici, je réfléchis depuis longtemps aux moyens de soigner ce mal né il y a quinze ans avec la naissance du REF-Union et fort résistant aux soins. Je n’ai trouvé jusque là que deux faiblesses à l’édifice indésirable : les finances et les EDs.

Pour les finances, la diminution du nombre d’adhérents met bien entendu l’usine à gaz en difficulté. Mais elle a suffisamment de réserves pour mettre beaucoup de temps avant de s’écrouler. Pire encore, elle pourrait fort bien être soutenue financièrement un jour par un généreux sponsor agissant discrètement et qui s’avèrerait plus tard être notre pire ennemi.

Pour les EDs, c’est très simple et la force du Big Bazar est aussi sa faiblesse : Un ED peut agir de deux manières, l’une en renonçant à ce rôle avant une AG, par dénonciation de la convention, et en privant ainsi temporairement l’Union d’autant de voix si les adhérents jouent le jeu, l’autre en jouant au contraire pleinement son rôle de porteur de voix lors de l’AG pour remettre en cause l’édifice par tous les moyens légaux possibles et en espérant que la majorité sera obtenue par les ED réformateurs.

Dans les deux cas, cela demande une prise de conscience, un sens des responsabilités et une ténacité que n’ont peut-être pas tous les présidents d’ED…

C’est peut-être à ce niveau que le REFUTHON pourrait agir en s’adressant maintenant à ces derniers pour essayer de mieux les informer les convaincre.

Ne perdons pas de vue que ce qui semble animer les « réformateurs », c’est plutôt un retour aux sources.
Le REF et L’URC se sont transformés, au fil des ans, en machines souvent comparables à des partis politiques ou des syndicats, tant pour leurs idées que leurs méthodes et outils, avec des « cadres » qui finissent par vouloir être les seuls à faire le bonheur des autres, alors que le radioamateur individuel a seulement besoin d’un « club » dans lequel il se sente bien.

Bien cordialement,
Francis, F6AWN

Hello Francis (entre parenthèse, c’est mon deuxième prénom !)

Il ne faut pas te formaliser de mes écrits car j’aime caricaturer un brin les personnages un peu émergents du microcosme. Et force est de constater que tu en fais partie ! Il n’y a en fait rien de méchant dans mes textes, d’ailleurs, les vrais méchants ne m’intéressent pas. Les trés cons non plus.

Pour en revenir à l’actualité du moment, il est clair que nous sommes nombreux à partager un « socle » de réflexion sur le REFU. C’est l’objet du Refuthon. Le premier objectif de cette opération me semble atteint : pas mal de discussions sur le sujet. Le deuxième l’est aussi : le REFU suit cette affaire d’assez près. Reste maintenant à régler le problème de la diffusion de cette info plus largement car beaucoup de radioamateurs ne sont pas spécialement fervents du net. On envisage avec Fred de faire une affichette téléchargeable que ceux qui soutiennent cette action pourraient mettre dans leur radio clubs. Je suis persuadé que cette affaire peut faire tache d’huile et se diffuser, certes lentement, mais se diffuser quand même… Et puis il y a tous les freins qu’on peut imaginer chez les uns et les autres. Mais bon, ça vaut le coup d’être tenté.

Pour ce qui est de la non préparation du Refuthon, c’est d’autant plus vrai que l’idée m’en est venue subitement. Rien de prémédité : j’ai senti le truc et c’est parti. Je crois parfois aux impulsions. Après, la mayonnaise prend ou pas. On verra.

Par contre, je suis persuadé qu’il ne fallait pas bâtir une « plateforme revendicative » trop élaborée dans les détails car personne ne s’y serait retrouvé à 100%. Les 5 piliers du Refuthon, s’ils sont mis en oeuvre, permettront à chacun de développer ensuite ses propres arguments auprès des instances rénovées.

Comme je suis d’humeur optimiste ces temps-ci, je me dis que nous sommes peut être à l’an zéro du nouveau REF ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.