Catégories
radioamateur Voyage

Åland

Si vous dites aux habitants des îles Åland qu’ils sont finlandais, ce qui est exact administrativement, ils vous regarderont avec un œil mauvais. Ils parlent suédois et sont administrativement autonomes de la Finlande.

Voila déjà un point qui, en tant que corse, me séduit un peu.

Mais je ne venais pas faire une visite diplomatico-politique. Qu’est-ce qui m’amenait au juste ? Rien de précis. L’envie d’aller vers le Nord, en plein mois d’août, et en voiture depuis Montpellier ça n’est pas rien.

Nous avons débarqué en ferry à Mariehamn au petit matin, et autant vous dire que l’activité de cette capitale de 10 000 habitants n’y était pas débordante.

Nous le remarquerons d’ailleurs pendant notre séjour, les horaires sont restreints, même en ce mois d’août aux très longues journées nordiques.

De toute façon, même quand les magasins sont ouverts, bon courage pour savoir ce que tu vas manger !

Les promenades furent nombreuses, parfois en barque en s’éloignant d’un ponton proche du camping, parfois à pied, juste pour le plaisir de se retrouver perdus entre la Baltique, la lande et les massifs de granit rose.

J’avais quand même quelques idées derrière la tête, et je n’étais pas en terrain totalement inconnu.

J’avais fait quelques QSO en tant que OH0/F1JKJ, je savais bien sur qu’Åland était une contrée DXCC séparée, et que ce privilège attirait vers les îles quelques contesteurs chevronnés qui y avaient installé des stations de contests de dimensions appréciables.

Une après-midi, je visitais ainsi Geta Berg, dans le Nord des îles, qui est le QTH de OH0V, une station installée par OH6LI.

En plus, il y avait une géocache !

Un autre jour, j’avais convenu de rendre visite à Sture, OH0JP. C’est le seul radioamateur actif de ces îles. Je l’avais déjà contacté de nombreuses fois, parfois comme OH0JFP, et auparavant même comme 212 AT 101 !

Je le retrouve chez lui, puis nous filons à sa station, distante de quelques kilomètres.

Après quelques heures passées ensemble, je repars avec l’envie de revenir, à une occasion, pour opérer sa station à une occasion ou l’autre, comme il me le propose.

C’était surtout un plaisir, visiblement partagé, de pouvoir se serrer la main, après de multiples contacts radio étalés sur plusieurs décennies, plusieurs bandes, y compris par satellite.

Catégories
radioamateur Station Voyage

TK/F1JKJ

Passant une semaine de vacances familiales en Corse, près de Figari, à  l’occasion des vacances de la Toussaint, j’ai décidé d’emporter de quoi faire de la radio et de trafiquer un peu, ce qui était un peu un challenge étant donné que ma station ne était rangée dans des cartons depuis plusieurs mois.

Voici le debrief.

Ce qui ne marche pas

L’indicatif à rallonge n’est pas une bonne idée, évidemment. Déjà que F1JKJ ce n’est pas la panacée à passer sous le QRM, alors si on ajoute TK/ devant ça devient compliqué, sauf quand les correspondants me chopent après avoir vu mon indicatif sur le cluster, bien sur. J’avais pensé un temps à demander un indicatif spécial (comme TK1KJ) mais n’étant pas fixé sur mon activité à un mois du départ, je ne l’avais pas fait.

Le câblage tentaculaire qui relie mon interface Microkeyer au transceiver ne fonctionnait pas, apparemment l’interface n’était pas alimentée. A l’époque, jugeant que ces câbles étaient vendus trop chers, j’en avais fabriqué un moi-même. Peut-être qu’une soudure a lâché, je ne sais pas…

J’avais, par ailleurs, dans ma « valise QRP », une autre interface Microham avec son câble (d’origine) qui fonctionnait, mais c’était un câble pour l’ICOM IC-703 (le transceiver de ma valise QRP) que je ne pouvais donc pas utiliser avec le K3. En résumé, il me fallait choisir entre K3 sans interface ou IC-703 relié au PC.

J’ai alterné entre ces deux configurations: Le K3 pour la SSB et l’IC-703 pour le FT8 & WSPR. Le truc le plus gênant était l’absence de suivi de la fréquence du K3, qui ne permettait pas à mon soft de log de noter la fréquence exacte.

Pour l’avenir, je vais commander deux câbles Microham d’origine: Un pour le Microkeyer, l’autre pour l’USB interface III.

Dans la catégorie câblage, j’avais aussi oublié un câble RCA-RCA pour commander le passage en émission de l’ampli. J’y ai remédié en reliant directement les deux RCA avec un fil électrique (enfiché dans les RCA comme ça, sans préliminaire).

Des outils, d’une manière générale, m’auraient été utiles. Le risque c’est que si on emporte des trucs « au cas où », on finit rapidement par transporter un camion entier. Mais un petit nécessaire avec un multimètre, un fer à souder, un tournevis…

La bande 40m en contest c’est horrible. Enfin, en contest SSB. Une cacophonie épuisante. Bah.

Ce qui fonctionne

Un netbook. Vous savez, ces petits PC qui se vendaient pour pas cher il y a quelques années. Il faut dire qu’ayant achevé ma conversion complète vers le monde Apple, je me suis trouvé un peu dépourvu: A la maison, j’ai un iMac, et en portable, j’ai un iPad. Mais les iPad c’est pas encore ça pour la radio. Donc, n’ayant pas envie de me payer un MacBook Pro sur le champ, je me suis rabattu sur un HP Mini 210, qui avait l’avantage de m’avoir été remis gracieusement (par le même OM qui m’a remis la valise QRP). Le PC tournait sous Windows et, bien que n’étant pas une bête de course, il a fonctionné comme il faut, et sans plantage (j’envisage de le passer en SSD). Pour internet, j’utilisais la 4G Bouygues de mon iPhone.

Les Powerpole. C’est pratique et ingénieux. Du coup, au retour, j’ai commandé des connecteurs supplémentaires pour appliquer à l’avenir un principe simple: Si ça se branche sur du 12V, ça doit avoir des powerpole.

La bande 40m pour les vacances, c’est super: Le DX a lieu quand il fait nuit, donc je n’avais pas de regrets à abandonner la radio pendant la journée, ce qui tombe bien puisque la famille comptait sur ma présence pendant la journée. Mis à part le CQWW, j’ai généralement été actif au petit matin (je n’ai pas trop de problème à me lever tôt, même en vacances). De plus, une fois le jour levé, les signaux étaient bons vers la France, ce qui m’a permis de contacter des copains. L’ami F8BBL a d’ailleurs mis en ligne des vidéos (, et ) sur lesquelles on peut constater le changement de signal avec le lever du jour.

Parfois, j’ai laissé la station tourner en WSPR, en émission et en réception.

La verticale 40m ce n’est pas une découverte, mais j’aime toujours autant: Le rapport encombrement démonté / temps de montage / performances DX de ma vieille Butternut HF2V (ou d’autres 1/4 d’onde) est imbattable. J’avais attaché l’antenne contre un chêne-liège, et tiré une douzaine de radians au sol. Monté en 1 ou 2h, et avec ça, le DX est au rendez-vous.