Règle de trois

Petit exercice de mathématique:

Cet été, le prix du baril de pétrole était de 150USD et que le prix du litre de carburant (au pif) était de 1,5€.

Sachant qu’aujourd’hui, le baril est à moins de 50USD, combien devrions-nous payer le litre de carburant ?

NB: Si vous constatez une incohérence entre le résultat trouvé et le prix affiché par la pompe près de chez vous, ne vous inquiétez pas, ça doit être parce que « Les mathématiques se distinguent des autres sciences par un rapport particulier au réel » comme dit wikipedia.

Il paraît même que vous devez être heureux du prix affiché.

3 réponses sur « Règle de trois »

Laurent, dans ton raisonnement tu oublies deux choses:
1/La parité EURO/Dollars qui n’est plus la même qu’en juillet!
2/ Qu’un litre de gazole français est composé majoritairement de taxe dont des taxes fixes!!

Alors en effet le prix à la pompe n’a pas baissé d’autant…

Salut Yann,

Tu as raison.

– Sur la parité EUR/USD, cet été le cours était d’environ 1,6 USD/EUR soit un baril à 95EUR. Aujourd’hui, le cours est de 1,3, soit un baril à 38EUR. Le rapport entre le prix du baril cet été et maintenant passe donc de 1 à 3 (si on raisonne en USD) à 1 à 2,5.

Si on ne tient compte que de cela, le prix à la pompe n’aurait donc pas dû être divisé par trois, mais par 2,5.

Or, nous constatons qu’il n’a été divisé que par 1,5, donc le compte n’y est pas.

– Sur les taxes, les taxes exprimées en % n’influent pas. Restent les taxes fixes, dont je ne connais pas la valeur.

Quoi qu’il en soit, la conclusion est donc qu’on se fait niquer. Par l’état, les pétrolier ou les pompistes.

Calculer précisément le « taux de niquage », c’est un peu secondaire, ce qui est sur c’est que ça fait mal au postérieur.

Mon propos était surtout de le rappeler, car quand je suis allé faire le plein ce WE à 1€, j’ai eu l’impression que les gens étaient contents, ce qui m’a sidéré.

On peut aussi voir les choses de façon plus optimiste en constant qu’au cours des deux ou trois dernières années, lorsque le prix du baril a été multiplié par 3, celui du carburant à la pompe n’a été multiplié que par 1,5… Et en gros, c’est la même chose à la baisse.

Il faudrait trouver les données exactes, mais je dirais que cela s’explique à la fois par les taxes fixes et les coûts fixes des pétroliers et distributeurs (raffinage, transport, vente).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.