(Pré)avis de décès

En lisant le numéro de Décembre de QST, je trouve en page 66 un article intriguant concernant le service de bureau QSL.

L’article expose qu’une réflexion est en cours au sein de l’IARU concernant le fonctionnement, dans l’avenir, des bureaux QSL opérés par les associations nationales.

Le bureau QSL est certainement le service qui fonctionne le mieux au sein du REF-UNION. Tant mieux, car son fonctionnement est observé de près par les « gardiens du temple » pour qui tout ce service doit être assuré par le REF-UNION, gratuitement. Ainsi, toute limite du service envers les non-membres donne lieu aussitôt à des hauts cris.

Les règles en vigueur, comme le rappellent l’article, ont été adoptées en 1985. Depuis, beaucoup de choses ont changé, comme les frais postaux et l’avènement des confirmations électroniques pour les diplômes.

L’article indique qu’un questionnaire sera bientôt envoyé par l’IARU aux associations nationales, puis que des délégués (par régions IARU) seront nommés pour étudier l’avenir du système des bureaux QSL…

En clair, sans être prophète, on peut imaginer plusieurs pistes pour « l’évolution » future du système:

  • Suppression de l’obligation de distribution « universelle » (les associations ne seront tenues de distribuer qu’à leurs membres). C’est d’ailleurs la pratique de la plupart des bureaux aujourd’hui (sauf le REF qui préserve les intérêts de ses non-membres).
  • Éventuellement, (ré)instauration de mécanismes visant à limiter les envois. Nous ne payons rien, en France, lorsque nous envoyons des kilos de cartes. Ce n’est pas la règle, beaucoup de bureaux font payer, au poids par exemple. On peut imaginer que les bureaux destinataires se plaignent de ce que les bureaux à envois « gratuits » les inondent de cartes.
  • Histoire de voir l’avenir de façon un peu plus positive, on pourrait également imaginer des collaborations entre associations nationales autour des méthodes de confirmation électroniques. Le Logbook of the World est désormais bien implanté, il est opéré par l’ARRL, mais il serait très bon que d’autres associations puissent y participer afin -au moins- que les crédits LotW puissent être pris en compte pour d’autres diplômes que ceux de l’ARRL…

Quoi qu’il en soit, il faut s’attendre à ce que le bureau QSL disparaisse sous sa forme actuelle, c’est à dire celle de 1985.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.