Catégories
radioamateur

Automatic Link Establishment

Je suis tombé par hasard sur un site web décrivant l’Automatic Link Establishment (ALE), et n’ayant pu satisfaire ma curiosité à la seule lecture du site, j’ai essayé le « machin » ce week-end. Naturellement, il fallait que je vous en touche un mot.

Des modes numériques, il en nait autant qu’il en meurt chaque mois, plus ou moins performants, innovants ou pratiques. Je ne suis pas du genre à m’extasier devant le simple attrait de la nouveauté, mais l’ALE est cependant un peu différent car, en plus du protocole « transport », il définit aussi un protocole « routage ». Autrement dit, l’ALE ne se contente pas de définir comment transmettre l’info d’un point à un autre, il définit aussi (en partie) quelle info doit circuler, et pourquoi faire.

Autant vous le dire tout de suite: je n’ai pas été convaincu par l’utilité du machin.

Dans sa théorie de fonctionnement, chaque station est censée veiller plusieurs fréquences (ce qui est réalisé en faisant QSY le transceiver à un rythme régulier, automatiquement par commande informatique) pour écouter si on l’appelle. Ensuite, l’appelant va à son tour appeler sur toutes les fréquences pour chercher à obtenir une réponse de l’appelé et, si réponse il y a, choisir la meilleur fréquence pour établir la liaison. La liaison peut ensuite se faire par messages courts style SMS. Un appel séléctif, en somme.

hfn_pilot_station_map1.jpg

Je n’ai rien trouvé dans ce système qui fasse mieux que l’opérateur radio expérimenté. Un radioamateur sait, par sa pratique, sur quelle bande appeler selon l’heure et la localisation du correspondant. De plus, le mode de transmission ne m’a pas paru très performant par rapport à d’autres, ni plus rapide.

J’ajoute que le système mobilise un bon petit tas de fréquences, et qu’aucun procédé n’évite qu’une station débarque à l’improviste sur une fréquence utilisée au préalable par d’autres OMs. Chacun est censé savoir, alors qu’elles sont silencieuses, que lesdites fréquences sont, à tout moment, susceptibles de servir aux « bip bip » de l’ALE. Carton rouge sur ce point.

Le seul attrait de la chose tient peut être à l’interopérabilité. Le système étant défini comme norme militaire MIL-STD-188-141, FED-STD-1045, les OM américains faisant partie de réseaux d’urgence peuvent s’en servir au sein de fréquences partagées.

Les réseaux d’urgence et la coopération avec les autorités étant ce qu’elles sont chez nous, ALE peut être rangé dans la catégorie des « j’ai essayé, ça marche » mais sans plus..

Catégories
radioamateur

Les balises NCDXF/IARU

De tous les moyens à notre disposition pour juger de l’état de la propagation, l’écoute des balises est sans doute le meilleur. Par rapport aux « simulations » informatiques basées sur les relevés géomagnétiques, les balises, qu’elles démentent ou vérifient les prédictions, vous permettent de déterminer précisément les zones géographiques que vous pouvez entendre (donc contacter) par radio et les bandes sur lesquelles vous pouvez le faire.

Sur les bandes VHF et aussi sur 28MHz, la multiplicité des balises peut poser un problème: On ne sait pas trop où écouter, on n’est jamais certain du bon fonctionnement de la balise censée être là, et aussi pour ceux qui ne pratiquent pas le morse, on ne sait pas trop d’où est celle que l’on entend.

Sur les bandes décamétriques, la NCDXF et l’IARU ont, depuis les années 80, mis en place un réseau de balises trop souvent ignoré, peut être parce que trop méconnu.

Ce réseau de balises est décrit en détail (mais en anglais) sur le site de la NCDXF. Le fonctionnement est le suivant:

Il y a 18 balises qui se partagent 5 fréquences (14,110 18,118 21,150 24,930 28,200).

  • Si l’on considère une seule fréquence, chaque balise y passe 10 secondes, donc en restant trois minutes (180 secondes) sur une fréquence, vous aurez entendu les 18.
  • Si l’on considère une balise, elle passe 10 seconde sur 14MHz, puis immédiatement QSY sur 18, puis 21, 24 et 28Mhz. Elle émet donc 5 fois 10 secondes puis se repose jusqu’à son tour suivant.
  • Si l’on considère un moment donné, il y a cinq balises qui transmettent en même temps (une sur chaque bande). Il vous faudra donc trois minutes par bande pour tout entendre, soit 15 minutes pour l’ensemble ou moins si vous n’écoutez pas les WARC par exemple.
  • Dans les 10 secondes qui lui sont allouées, chaque balise transmet son indicatif, suivi d’un long trait d’une seconde à 100W, puis un long trait à 10W, un à 1W et un dernier à 100mW.

Le tableau du site de la NCDXF permet non seulement de visualiser ce qui précède, mais vous donne également l’état des balises, car certaines demandent parfois de la maintenance et ne sont pas actives.

Pour nous aider à savoir « qui est où », de nombreux outils informatiques ont été développés. Il nécessitent, bien entendu, d’avoir un PC à l’heure (sachant qu’une transmission dure 10 secondes, si votre ordi est décalé de 10 secondes, il vous indiquera n’importe quoi).

J’ai personnellement essayé deux de ces outils:

Le premier est Propview, une application de la suite DX Lab qui est mon outil informatique principal à la station. Vous indiquez à Propview ce que vous voulez surveiller (une bande, une balise) et il se charge de déterminer à quel moment vous devez écouter quoi, et sur quelle fréquence. Naturellement, si vous utilisez les autres logiciels de la suite, il pourra faire QSY et faire tourner votre antenne dans la direction de la balise.

propview.jpg

Le second est le plus abouti dans le domaine, il est même fascinant. Il s’agit de Faros. C’est une application qui écoute tout seule ! Vous laissez tourner FAROS et vous le retrouvez, 24Heures après, avec un beau graphique de « quelles balises ont été entendues, sur quelles bandes, et avec quel rapport signal/bruit ». Faros va même plus loin en essayant de déterminer, d’après les délais de propagation, si les signaux entendus arrivent en Short Path ou Long Path.

faros.PNG

Le logiciel FAROS permet donc une écoute très précise des balises NCDXF et peut être « automatisé » pour envoyer en temps réel ses graphiques d’écoute sur une page web, par exemple.

Le seul regret en ce qui me concerne est le regret que FAROS ne puisse pas orienter les antennes. Pour obtenir des reports « neutres » (ne favorisant pas une certaine direction) il faut donc utiliser une antenne verticale.

Voila un bon projet pour un radio-club, qui permet de plus de rentabiliser 24H/24 le matériel qui ne servirait que quelques heures par semaine.

Catégories
radioamateur

CQ WW SSB 2006

Avalanche de diplômes chez F1JKJ ces temps-ci ! Quelques jours après celui reçu pour le CQ WPX RTTY 2007, je reçois aujourd’hui un diplôme pour ma participation au CQ WW SSB 2006 auquel j’avais participé depuis la Corse, sous l’indicatif TK1KJ, en monobande 14MHz.

cqww2006.bmp

Evidemment, étant le seul participant de Corse, je suis le N°1 !

Je n’en tire donc pas une satisfaction immodérée, mais toutefois le plaisir d’avoir fait plaisir, mes meilleurs souvenirs de ce contest étant les très nombreux « thank you for multi » entendus, et aussi le fait que les big guns venaient me chercher sur ma fréquence..

J’avais participé avec une installation un peu réduite niveau antenne (pas de beam) mais cela laisse une marge de progression ! Malheureusement, je ne retournerai pas en Corse cette année pour le prochain CQ WW. Nous verrons une prochaine fois.

Catégories
radioamateur

Convention du Clipperton DX Club

La 29ème convention du Clipperton DX Club aura lieu à Puyloubier (près d’Aix en Provence) le Samedi 22 Septembre.

Je m’y rendrai dès le vendredi soir. L’an dernier, j’étais allé à celle d’Arcachon et j’avais passé un très bon moment.

photo_de_groupe_cdxc.jpg

Le DX est une activité assez solitaire et il est rare d’avoir la possibilité d’en parler tranquillement avec d’autres OMs aussi passionnés que vous.

De toute évidence, la convention du CDXC est un lieu de choix, pour rencontrer non seulement de « grands » DXeurs français mais aussi quelques étrangers qui y font le déplacement, le tout autour de bonnes « scéances diapo » d’expé, ou d’autres activités amusantes (doctorat DX, concours de pileup).

J’ai réussi à convaincre YL de venir également: Bel effort de sa part, merci Anne.

Si vous lisez cet article et comptez aussi vous rendre à la convention, laissez un commentaire ci-dessous, je vous y offrirai une bière !

Catégories
radioamateur

.. et toujours en été !

Que diriez-vous de partir en voyage pour « Fiji, Vanuatu, Solomon Islands & Papua New Guinea » ou bien « Tahiti, Society Islands, Cook Islands, Tonga, Wallis and Futuna, Fiji » ? A croire que les circuits ont été taillés sur mesure pour les DXeurs, non ?

zealand.jpg

Hé bien si vous faites partie de ceux qui ont toujours une station légère à portée de main et 10 ou 20 000 euros de budget vacances (quand même), je vous conseille une visite sur le site de cette agence de voyage de malades qui organise des périples vers ce genre de destinations dont on ne parle que sur la liste des entités DXCC. J’imagine un peu le pied que ce serait de faire un tel circuit avec des étapes radio !!

Et si, comme moi, vous ne faites pas partie de la catégorie en question, vous pouvez toujours espérer que d’autres partent pour leur demander un sked !