Backup

Dans un précédent article, j’ai expliqué que je convertissais de façon systématique les documents que je recevais en documents informatiques. Procéder ainsi demande de prendre bien évidemment de prendre de grandes précautions au sujet de la sauvegarde des données. Même si la perfection n’est pas de ce monde, j’ai réfléchi au sujet des sauvegardes informatiques pour viser la sécurité maximale.

Quelles sont les possibilités existantes en la matière ?

Une possibilité est de sécuriser votre PC. De nos jours, les systèmes RAID se sont pas mal démocratisés, il est donc possible d’utiliser un système de disque redondant de façon à pallier le « crash disk » par d’autres disques. C’est assez simple, et peu couteux compte tenu du rapport capacité/prix des disques durs aujourd’hui. Une fois mis en place, ça ne demande aucune manipulation. Par contre, cela fait du bruit, prend de la place dans le PC et consomme de l’électricité. Et puis, surtout, c’est soumis aux aléas concernant votre domicile: Si la maison brûle, le PC aussi. Si le voleur embarque le PC, il prend vos données.

Cet inconvénient est de taille, à mon sens. Si j’ai décidé de transformer les atomes (matériels) en octets (immatériels) pour mes papiers, c’est justement pour ne pas être soumis aux inconvénients de l’archivage physique ! La maison brûle, mais pas mes contrats d’assurance, pas mes titres de propriété, pas mes factures, les photos des enfants…

Pour contrer cela, il est possible de délocaliser le stockage. La solution la plus simple est le disque USB, que vous emportez soigneusement en vacances. D’abord il faut archiver dessus, ce qui implique des routines régulières, ensuite il faut penser à embarquer le disque. Vous voulez partir en week-end ? « Attends chérie, je fais un backup » « T’as bien fermé la porte chérie ? oui. Et t’as bien pris le disque USB ? oui oui. C’est bon,  vroum ».  Chiant.

Vous pouvez compliquer le système: Un serveur de fichier installé à distance. Chez le voisin en WiFi (soyons sérieux, oublions) ou bien n’importe où par internet. Ça va commencer à coûter cher, cette histoire, si vous faites tout vous-même, mais l’intérêt de la solution internet est que vous pourrez accéder à vos fichiers depuis n’importe où. Vous éliminez un autre inconvénient du stockage physique, qui est de se trouver quelque part.

Pour ma part, j’ai choisi cette dernière solution, non pas en installant quelque chose à distance et en m’amusant à paramétrer le tout, mais en faisant appel à des serveurs spécialisés. Il y a des gens dont la spécialité est de mettre en place des systèmes de stockage de fichiers pour l’internet, après tout ils savent de quoi ils parlent ! Ils ont des « datacenters » protégés, redondants, dispersés dans le monde, et ils manipulent allègrement les teraoctets.

J’ai utilisé pendant un certain temps un service appelé « Carbonite« . Cela marchait très bien, de façon très simple, mais un peu cher (quoique pas autant qu’une cotisation au REFU). Allez voir, vous serez peut être conquis.

Après un an de Carbonite, j’ai appris que Amazon fournissait des services de stockage. Pas franchement le truc destiné au grand public hein. Mais avec Amazon, on commence à taper dans le lourd, c’est à dire le genre de système où « ils n’ont pas intérêt à ce que ça coupe pendant 1 heure, sinon ils perdent plein d’argent ». Rassurant. Ce qui est intéressant c’est que d’autres boîtes proposent des solutions permettant d’utiliser les services de stockage d’Amazon S3.

Parmi les multiples possibilités, j’ai choisi Jungle Disk. La mise en place de l’application est assez pénible, surtout parce qu’il faut ouvrir des comptes à la fois chez Jungle Disk et chez Amazon. Par contre, une fois installée, l’application permet beaucoup de choses: Backup, notamment, mais aussi disque distant.

J’ai commencé par le backup. Sélectionné les répertoires de mon PC contenant mes informations sensibles et hop, au bout d’une nuit, tout était sauvegardé. Ensuite, le système sauvegarde ce qui a changé, tous les quarts d’heure. Vous pouvez même garder un historique. La tarification dépend du volume: 15cts par Go et par mois.

Au bout d’un certain temps, j’ai laissé tomber le backup, et j’utilise désormais Jungle Disk en disque distant: Un disque virtuel (WebDAV) est monté sur mon PC. Il est illimité en taille, disponible de n’importe quel ordinateur, et ne craint rien. Cette solution me permet de travailler sur mes données depuis n’importe où (vous commencez un document à la maison, vous le continuer au bureau entre midi et deux, pas de souci de clefs etc). Je suis très content de ce système, la réactivité est suffisante, et l’archivage des versions m’a déjà été utile.

Au titre des inconvénients ? Je ne pense pas que le prix en soit un. La confidentialité des informations est parfois citée. Il existe des solutions (Jungle Disk permet de crypter avant upload) mais je ne les utilise pas. Les infos que je stocke sont personnelles, bien sur, mais je préfère ne pas trop compliquer le système pour assurer une meilleure « récupérabilité ». Je compte sur la confidentialité promise par Amazon, et surtout sur l’effet de masse (mes données sont noyées dans la masse) et j’estime que les inconvénients du cryptage seraient supérieurs aux avantages.

L’autre inconvénient est que sans connexion internet, vous n’avez plus accès à votre disque ! C’est un choix. En utilisant Jungle Disk comme outil de Backup, je n’avais pas ce problème puisque les données étaient stockées en premier lieu sur mon PC, puis en second lieu à distance. Là, c’est direct à distance. Pareil: J’ai pesé les avantages et les inconvénients, et l’avantage de pouvoir partager le disque sur plusieurs PC est énorme, à mon gout.

En conclusion, le backup en ligne, ce n’est pas une solution, mais une multitude de possibilités. Mais c’est la voie royale, par rapports aux backups de grand papa. A vous de trouver la solution qui vous convient !

Une réponse sur « Backup »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.