Catégories
radioamateur

Cruel constat

Inondations Alpes Maritimes – FNRASEC:

Il restait la solution de la projection par voie aérienne d’équipes munies de transmissions HF et de groupes électrogènes.

On comprendra que les moyens d’emport dans les hélicoptères furent affectés à d’autres missions prioritaires.

L’ADRASEC 06 s’est retirée du COD à 20 heures.

C’est dommage, en plus l’ADRASEC 06 exploite un réseau radioélectrique indépendant (fréquences privées) et paye pour ça des redevances annuelles.

Il ne nous reste plus qu’à attendre qu’une équipe de radioamateurs se rende sur place pour faire une activation avec un indicatif spécial.

Catégories
radioamateur Station

Nouvelle QSL F1JKJ

J’ai profité du confinement pour me mettre à jour en ce qui concerne les QSL. Globalement, même si je me demande parfois à quoi tout cela rime, c’est un aspect du hobby que j’aime bien. Je tâche de suivre précisément ce que je reçois et ce que j’envoie, de sorte que même si j’ai du retard à rattraper, je ne suis pas en situation de banqueroute QSLesque.

Il y a des années, j’envoyais systématiquement une carte pour chaque QSO réalisé. J’ai cessé depuis, mais je n’en suis pas encore au stade où j’écris « no reply needed » ou bien « TNX » parce que j’ai la confirmation LotW. J’aime bien recevoir des cartes.

Et puis si vous me connaissez un peu, vous savez que j’ai la manie de tout scanner, et les QSL n’y échappent pas. Nous y reviendrons.

Ceci dit, après avoir fait le point, je me suis quand même aperçu que les QSL à envoyer en réponse avoisinaient les 600 et celles à envoyer en demande parce qu’elles m’apporteraient un crédit quelconque (pour le coup je prends en compte les crédits LotW) les 250…

Soit 850 cartes environ, alors même qu’il ne me reste qu’un petit tas de cartes F1JKJ et qu’elles mentionnent mes précédentes coordonnées.

Il fallait donc en refaire. Mais que mettre dessus ? Et comment les faire réaliser ?

Je me suis interrogé un moment sur ce que j’allais faire figurer comme photo. On retrouve des grandes catégories d’inspiration:

  • L’OM devant sa station
  • Les antennes de l’OM
  • L’OM et sa famille (ou son chien)
  • Les autres passions de l’OM (sa moto, son bateau…)
  • Les photos de sa ville, de sa région
  • Des trucs symboliques du pays (une tour Eiffel etc)
  • Des femmes à poil

Après avoir hésité pour une belle miche.. de pain, avec un combo franchouillard rillettes – pinard – fromage sur une nappe à carreaux, j’ai préféré une version minimaliste de l’OM devant sa station:

Je la trouve assez jolie, je peux le dire car ce n’est pas mon œuvre: N’ayant guère de talent en cette matière, j’ai préféré faire faire le design par un prestataire Photoshop sur Fiverr pour 15€, depuis la Roumanie.

De mon point de vue le jeu en vaut la chandelle, je trouve qu’elle se distingue des cartes que l’on reçoit habituellement. D’ailleurs elle m’a valu une pluie de « like » sur twitter !

Pour l’impression, j’ai passé en revue les divers imprimeurs habituels de QSL, qui avaient d’ailleurs été répertoriés par F5UII en 2014.

Par le passé, j’ai fait appel successivement à LZ1JZ, UX5UO, UA6HPR, YO3JW etc avec un niveau de satisfaction correct.

Mais c’est un commentaire de F5NBX qui m’a incité à chercher plus loin. Et en effet, les services de UNITEDPRINT (également appelé PRINT24) permettent de faire imprimer 2500 « cartes postales » en recto/verso couleur sur un papier de 300g pour 80€ environ.

Après avoir commandé chez UNITEDPRINT j’ai également reçu un devis de la part de VEOPRINT pour un prix sensiblement égal.

Le marché de l’imprimerie est généralement assez opaque, beaucoup de vendeurs vous proposent des produits imprimés mais ne sont que des intermédiaires qui sous-traitent l’impression ailleurs. Il est donc intéressant d’essayer de « remonter à la source » pour trouver les meilleurs tarifs chez ceux qui possèdent effectivement des imprimeries. Mais plus vous remontez à la source, plus vous avez à faire à des sous-traitants qui ont l’habitude de travailler avec des pros des arts graphiques. Le niveau de conseil diminue.

J’ai reçu les cartes aujourd’hui et le travail est tout à fait satisfaisant, en plus d’être rapide.

Je suis donc satisfait des deux « nouveautés » testées à cette occasion, qu’il s’agisse du design ou de l’impression.

Il me reste désormais à préparer et envoyer mes cartes. Là aussi je compte changer en n’utilisant plus d’étiquettes mais en imprimant directement sur les cartes.

Catégories
radioamateur Voyage

Une visite chez ES5TV

Nous partons de Talinn (Estonie) en direction du parc national de la Gauja, en Lettonie. La route la plus directe longe la côte baltique, mais nous préférons passer par l’intérieur, en prenant la direction de Tartu.

Il faut dire qu’une fois encore, j’avais décidé de rendre visite à une station locale. En l’occurrence, savoir laquelle ne m’a pas été difficile.

Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais certains indicatifs sont enregistré très précisément dans ma mémoire. Je veux dire: Pas seulement l’indicatif, mais l’intonation, la voix, l’accent… voire même la manipulation, ce qui est un comble pour un phoniste, mais c’est une réalité.

Hé bien là c’était ça. Estonie, dans mon cerveau, ça fait « Echo Sugar Five Tango Victor » d’une façon très précise… et avec un signal énorme !

Contact pris avec Tonno, nous convenons d’une visite. Il me donne la position de la station. Le GPS ne localise pas précisément l’endroit, mais il me dit qu’à quelques kilomètres à la ronde, je devrais pouvoir le trouver. Et c’est vrai.

Visiblement je suis sur la bonne route !

Arrivés sur les lieux, un premier champ est occupé par un double four-square l’un dans l’autre:

On poursuit un peu et on arrive au QRA. Nous sommes accueillis par son oncle, qui habite sur place.

Tonno nous rejoint rapidement, il travaille à Talinn.

Je ne vais pas vous faire une description précise des antennes, je n’ai pas pris de notes et arrivé à un certain point, j’ai fait « buffer overflow ».

Nous marchons dans les champs pour visiter tel ou tel ensemble d’antennes, mais ce qui attire immédiatement la curiosité c’est indéniablement le « chef d’œuvre » de ES5TV: Son groupement d’aériens pour le 21MHz.

Huit fois 5 éléments full size ! Un gain de 21,5dB qui lui permet même d’émettre et recevoir des « pings » en rebondissant sur la Lune, sur la bande des 15 mètres !

Difficile de rendre justice à une telle installation. La photo est forcément réductrice, car pour que « tout rentre » à l’image, il faut faire du panoramique.

Mais chaque antenne que l’on voit est une monobande 5 éléments, soit plus de 10m de boom. Le premier étage est à 20m de haut, les suivants à 40, 60 et.. 80 mètres !

L’ensemble mesure donc 80 mètres, il tourne en entier depuis sa base. C’est pharaonique !

Cette vidéo donne d’ailleurs une bien meilleure idée de l’échelle:

A l’intérieur, le reste est à l’avenant. Il faut non seulement de quoi trafiquer et envoyer suffisamment de jus, mais il faut aussi de quoi piloter, filtrer, coupler et commuter les différents aériens.

Le poste principal de la station.
Antenna pasta.

Nous trafiquons un peu. Et vous savez quoi ? Pas de propagation sur 21MHz. Et là au moins cela me permet de répondre à cette grande question de l’univers, cette remarque moqueuse « il n’y a pas de mauvaise propagation, il n’y a que de mauvaises stations ». Hé bien non ! Malgré nos >100000 watts de PAR et nos grandes oreilles, les appels demeureront vains !

Je me réfugie donc sur le 20 mètres, histoire d’activer pour quelques minutes ES5/F1JKJ.

Nous discutons encore un moment, puis il nous faut reprendre la route en direction de la Lettonie.

Catégories
radioamateur

QR-code et QSL: Pas mort

Dans un article sur ce blog le 25 novembre 2011, je lançais une idée:

Je pense que le groupe ADIF devrait réfléchir à la définition d’un format de code 2D, genre QR-code, pour l’échange d’info de QSO par ce biais.

Après quelques commentaires et échanges, je précisais le concept dans un autre article le 11 février 2012:

Le travail à réaliser serait donc de « normaliser » afin de produire un genre de standard, comme l’ADIF, tant sur le code lui-même (il n’y a pas que le QR-code, les datamatrix sont peut-être plus appropriés) que sur son contenu, qui serait basé sur l’ADIF.

Quelqu’un (F6BEE si je me souviens bien ?) m’avait incité à mettre cette proposition par écrit afin de la soumettre à la conférence générale de l’IARU région 1 qui se tenait en Bulgarie en septembre 2014.

J’avais préparé pour cette occasion un « paper » dans lequel je proposais une roadmap:

− to choose the best 2D-code for this use

− to define the fields that could be integrated in 2D-codes, based on the ADIF de-facto standard

− to define their encoding syntax

− to promote the use of such-defined 2D codes by logging/QSL-editing software, so that these defined 2D-codes are added to QSL cards along with the human readable data

− to encourage the development of specific applications for QSL Bureaux and/or QSL Managers

L’idée avait donc été soutenue par le REF à cette conférence de l’IARU, et le REF proposait de mener un groupe de travail.

L’histoire en était resté là, à ma connaissance. Je ne sais pas si le groupe de travail a été formé, ni qui en a fait partie…

Toujours est-il que les allemands ont été productifs, puisque à la conférence générale de l’IARU région 1 qui avait lieu en Allemagne en 2017, les allemands présentaient une norme aboutie.

Elle permet, en imprimant des QR-codes sur les cartes en plus des informations habituelles, d’intégrer sous une forme lisible par les machines non seulement les indicatifs d’origine, de destination ou du manager, mais aussi les données de plusieurs QSOs.

L’histoire aurait pu en rester là, et la norme allemande au rang des idées bizarres jamais mises en pratique.

Hé bien non ! Désormais, les cartes imprimées par le « QSL service » du DARC intègrent les codes en question ! Regardez cette carte reçue récemment:

Elle contient deux QR-codes.

Celui de gauche est le moins dense, il intègre les indicatifs d’origine et de destination.

Celui de droite reprend les informations sur le QSO.

Voila ! Il aura fallu presque 10 années et des allemands besogneux, mais je suis heureux de voir mon idée de 2011 désormais concrétisée.

Alors que j’écrivais en 2011 que « Les bureaux QSL peuvent s’équiper de lecteurs optiques. Cela leur permet de scanner des QSL comme à la caisse du supermarché, et ensuite, selon les informations lues, de déterminer si la QSL émane d’un membre de l’association (pour le bureau départ) ou de savoir vers quel pays elle va (bureau arrivée) etc.. » le DARC explique:

Der entwickelte QR-Code auf den QSL-Karten wird in nächster Zeit dafür benötigt, um die Karte innerhalb der Sortieranlage dem richtigen Empfänger zuzuordnen. Dieser QR-Code wird mittelfristig den magnetischen Code ersetzen, der bei der jetzigen manuellen Datenerfassung unten aufgedruckt wird.

Le code QR développé sur les cartes QSL sera bientôt nécessaire pour attribuer la carte au bon destinataire dans le système de tri. À moyen terme, ce code QR remplacera le code magnétique imprimé en bas par l’entrée de données manuelle actuelle.

Et tandis que j’imaginais en 2012 que « Les OMs pourraient faire la même chose (avec des applis smartphone) pour mettre à jour leurs logs » hé bien le DARC poursuit:

Eine zusätzliche Idee ist, dass der Empfänger der Karte mittels Webcam diese Daten automatisch in sein Logbuchprogramm übernehmen kann.

Une autre idée est que le destinataire de la carte peut utiliser automatiquement ces données dans son programme de journal de bord à l’aide d’une webcam.

Catégories
radioamateur Trafic

DXCC update

Un bon tableau plutôt qu’un long discours, voici l’état actuel de mes crédits validés au DXCC, ayant profité du confinement pour une mise à jour.

317 entités actuelles validées, donc.