TagRR

Les z’indicatifs des z’activations

Je n’ai rien contre la voltige aérienne en général, ou son championnat du monde en particulier. Mais ce tweet du REF faisant la promotion de TM36CMVA qui m’a fait réagir hier. Je trouve ce genre de promotion déplacé de la part du REF, sur le fond et sur la forme.

Sur le fond, car la voltige aérienne, c’est sans doute très sympa, mais ça n’a pas grand chose à voir avec le radioamateurisme. Pas plus que le Tour de France , les 24 heures du Mans ou l’anniversaire de la rupture du barrage de Malpasset d’ailleurs.

Le REF me paraissait avoir saisi cette difficulté lorsque, pas un communiqué récent, il a fait la distinction entre les manifestations « radio » et celles qui n’ont pas de rapport, se plaçant un peu en retrait des secondes.

Mais après tout, c’est l’ANFR qui attribue des indicatifs, et donc qui est juge du bien-fondé des demandes (à ce sujet, il serait intéressant de connaître le taux de refus de ces demandes de la part de l’ANFR, étant précisé que, à chaque fois qu’elle accepte d’en attribuer, l’ANFR encaisse un petit cheqos…)

Sur la forme, c’est bien plus grave. Comme je n’avais expliqué dans un article en décembre 2007, la composition des indicatifs radioamateurs n’est pas laissée au libre choix de l’ANFR, puisque le RR de l’ITU en donne les règles.

La règle de composition de nos indicatifs est donc simple: Une lettre (pour B, F, G, I, K, M, N, R et W) ou deux, suivie d’UN chiffre, suivi de PAS PLUS DE QUATRE CARACTERES dont le dernier sera UNE LETTRE.

Si l’on prend l’exemple de TM36CMVA,  on a deux lettre (TM), un chiffre (3), puis CINQ CARACTERES (6CMVA), donc ce n’est pas conforme.

Et donc, quand en plus d’être d’un intérêt radio discutable, les indicatifs ne sont pas conformes, je trouve que le REF devrait s’abstenir d’en faire la publicité.

Indicatifs de pacotille

Il ne se passe pas une semaine sans que soit annoncée ou apparaisse sur l’air une « activation », comme on dit, d’une occasion particulière. Jusque là, rien de très étonnant. Bien que l’on puisse s’interroger sur l’intérêt de certaines de ces stations temporaires, ce qui est nouveau et qui se répand de plus en plus est la composition biscornue des indicatifs de ces stations !

Je n’invente rien et pioche dans les derniers bulletins DX. On annonce AJ1ABOA, YE9FCCC, EI100FI, LZ130LO…

Petit rappel, donc: La composition des indicatifs radioamateurs est encadré, au niveau international, par le « Règlement des Radiocommunications » (RR) de l’UIT, qui dispose:

19.68 § 30 1)

 

 

 

 

 

– one character (provided that it is the letter B, F, G, I, K, M, N, R or W) and a single digit (other than 0 or 1), followed by a group of not more than four characters, the last of which shall be a letter, or

 

– two characters and a single digit (other than 0 or 1), followed by a group of not more than four characters, the last of which shall be a letter. (WRC-03)

19.68A 1A) On special occasions, for temporary use, administrations may authorize use of call signs with more than the four characters referred to in No. 19.68. (WRC-03

19.69 2) However, the prohibition of the use of the digits 0 and 1 does not apply to amateur stations.

Donc, en français, le principe est qu’un indicatif soit composé d’une lettre (pour B, F, G, I, K, M, N, R et W) ou deux, suivie d’UN chiffre, suivi de PAS PLUS DE QUATRE CARACTERES dont le dernier sera UNE LETTRE.

Pour des occasions spéciales, il est possible d’avoir plus de quatre caractères, ce qui signifie à contrario qu’il n’est pas possible de déroger aux autres règles. Alors prenons « ZY5100SCOUT » (véridique !): Non conforme ! Ou pour rester en France, « TM380 »: Non conforme !

© 2019 Radioactif!

Theme by Anders NorénUp ↑