Ainsi donc, c’est sans tambour ni trompette que France Inter va quitter le bas du spectre. Je suis peut-être excessivement conservateur ou mélancolique, mais je trouve qu’elles méritaient mieux, ces grandes ondes.

Le site de France Inter n’en dit rien, il se contente d’indiquer l’échéance et de renvoyer les auditeurs vers la bande FM. Pourtant, il me semble qu’elles font partie du patrimoine, ces émissions en grandes ondes.

Du patrimoine radiophonique national, d’abord, puisque le puissant émetteur d’Allouis, datant des années 1930, pré-existe à Radio France. Il émet les fameux « tops horaires ». D’une puissance de 2MW —mega-watts— (à transistors !) c’est vers lui que le Réseau National d’Alerte nous oriente, d’ailleurs, expliquant sagement que « en cas de destruction de l’émetteur en modulation de fréquence (FM) le plus proche, l’émission en grandes ondes peut toujours être captée. Par ailleurs, en cas de défaillance du réseau d’électricité, il est toujours possible d’écouter la radio avec un poste à piles, à batterie, solaire ou bien à alternateur (« dynamo », manivelle permettant de charger la batterie). La station répétera en boucle la situation et les consignes à suivre. »

De notre patrimoine particuliers, en tant que radioamateurs: Combien d’entre nous ont découvert la magie des ondes en étant intrigués, gamins, par les voix étrangères entendues en passant le poste familial en « PO » ou « GO » ? Combien ont rêvé devant le poste de mamie dont le cadran, sur lequel figuraient les capitales du monde, était un véritable atlas ?

Hé bien voila, il semble que je sois le seul à m’émouvoir.

Je m’émeut non pas parce que l’on nous explique que c’est une technologue dépassée (ce qui est vrai)(quoique le numérique en grandes ondes permettrait peut-être de moderniser cela), ni que cela permette une économie de quelques millions d’euros par an (grâce à cela, aucun doute, l’équilibre budgétaire de la France est à portée de main).

Je déplore plutôt que l’on fasse cela sans égard au patrimoine et à l’histoire (on pourrait espérer que des émissions historiques de France Inter y consacrent une émission), et que l’on abandonne le côté « régalien » ou « gaullien » du truc, pour s’en remettre à l’inconnu, sans même répondre aux députés qui s’interrogent.

PS: Je trouve que quelques périodes d’émission amateur par le R.E.F depuis l’émetteur d’Allouis, pour célébrer la mémoire de cette station à travers le monde, auraient de la gueule.