ZX81

Cette photo, croisée aujourd’hui au détour d’un blog, m’a ramené bien longtemps en arrière.

J’ai eu un ZX-81 à l’age de 8 ans (en 1983). Avec l’extention 16K RAM, et un clavier mécanique (qui n’est pas sur cette photo)

En y repensant, je m’interrogeais sur l’attitude qu’on eue mes parents, à l’époque, devant mon intérêt pour la chose informatique.

Certes, c’était sans doute quelque chose de très futuriste et prometteur, et ils ont sans doute voulu m’encourager dans cette découverte..

Certes, les programmes se chargeaient soit sur K7 (quand ça marchait !) soit en se paluchant un listing puis en tapant « RUN » à la fin, et il n’y avait pas internet (!) pour faire de mauvaises rencontres (même le minitel n’existait pas encore)..

Mais c’était quand même un « pari » et ils auraient pu craindre le caprice de gamin.

En y repensant, donc, je trouve que c’est une bonne chose qu’ils m’aient fait ce cadeau. Je n’ai pas fait carrière dans le domaine informatique, mais je suis certain que la programmation (BASIC) a formé mon jeune esprit d’une manière logique.

Je regrette seulement (un peu) de ne pas avoir continué à programmer (pour la petite histoire, mon programme le plus abouti était.. un logiciel de log , sur Amstrad !)

Et me trouvant désormais moi même presque à leur place puisque ma fille aînée approche des 7 ans, je me demande ce qu’elle va bien pouvoir me demander d’aussi saugrenu qu’un ZX-81 à 8 ans !

2 Comments

  1. Stephane PICHET

    18 mai 2011 at 12 h 46 min

    Bonjour
    « (même le minitel n’existait pas encore) », si si en 83 le minitel existait. Il a commencé en 1980 et le ZX81 est sortie en 81 succédant au ZX80 sortie lui aussi en 80. Pour autant le « 80 » du ZX80 n’est pas du à l’année de sortie mais au microprocesseur qu’il embarquait, un zilog Z80 (sortie en 76). Le ZX81 lui disposait de l’évolution zilog Z80A. Successeur du ZX80, il a naturellement été baptisé ZX81 et les année de sorties ont coïncidé fortuitement avec les références.
    Salutations

  2. Mouais, en tout cas, je peux vous assurer qu’à Ajaccio en 1983, je n’avais pas mis la main sur un minitel !

    Tiens, cela me rappelle des histoire de « hack » du réseau. Il était possible d’accéder à des services 36-15 en se connectant sur 36-13 et en entrant des codes spéciaux que l’on s’échangeait précieusement. Du coup on pouvait accéder à des services 36-15 depuis le minitel du « CDI » du collège qui était limité au 36-13 (EDUTEL) !

    Raah !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

© 2019 Radioactif!

Theme by Anders NorénUp ↑