Radioactif!

Blog radioamateur de Laurent, F1JKJ

Game Over

A1C894E2-9D48-42A8-862A-3E8311510E05

Une page est en train de se tourner: F1JKJ 2005-2015. Nous déménagerons pour Montpellier au mois d’août. D’ici là, je vais démonter toute la station, vendre le matériel que je ne réutiliserai pas et quitter les ondes pour une période indéterminée.

Comment devrais-je voir les choses ?

De la façon optimiste ? Pendant plusieurs années, j’ai eu la chance de pouvoir utiliser un pylône, une beam, une verticale 40-80, dans un contexte radioélectrique calme et « dans le sud » (qui est béni des dieux pour la propagation aussi). Je ne dis pas que j’avais une station de classe mondiale, mais j’ai pu trafiquer dans des conditions excellentes, que beaucoup de radioamateurs rêveraient d’avoir. Je me suis régalé, j’ai fait 20000 QSO, plein de DX, quelques contests…

Ou de la façon pessimiste ? Je passe QRT quelques mois avant plusieurs expéditions dans des contrées rares, qui seraient des « new one » pour moi (j’en suis là) et que l’on ne reverra pas de sitôt sur l’air. Nous partons en ville, dans un lotissement où il faudra jouer finement pour installer une antenne, et où il faut même que je regarde le rayon de rotation pour m’assurer que « ça rentre » sans dépasser chez les voisins. Où il y aura certainement beaucoup plus de bruit radioélectrique, qui m’empêchera peut-être de réussir ces QSO « au ras des paquerettes » ?

Quand je repense à « ma station » au fil des années, je ne me souviens pas tant de son évolution progressive, mais plutôt de telle ou telle époque, ou la station marchait bien pour ceci ou cela. La radio est un truc cyclique, il y a des hauts et des bas. Quand je serai en train de m’acharner dans un pile-up de VK0EK avec mes bouts de fil, je regretterai sans doute F1JKJ 2005-2015, mais sinon, j’en suis assez fier, allez, j’avoue.

  • 9 commentaires
  • Classé dans : Infos, Station
  • Essai raté en BÉPO

    Je vous avais parlé, autrefois, de mon clavier IBM. Hé bien je dois avouer que j’ai essayé de lui être infidèle, mais que ça n’a pas marché.

    Le problème cette fois-ci n’était pas la qualité du clavier, mais la disposition AZERTY. Comme vous le savez peut-être, la disposition des touches selon la disposition AZERTY n’a rien d’optimisé, idem pour le décalage des touches entre des lignes différentes: Cela remonte aux temps de la machine à écrire, et a ses implications mécaniques. Chaque touche tire sur une tige, qui actionne un bras au bout duquel se trouve une lettre. Le décalage des touches permet le passage des tiges, et la disposition des lettres est optimisée pour éviter que les bras ne s’emmêlent (oui oui, j’ai tapé à la machine quand j’était gamin).

    Bref, il n’y a aucune raison d’ergonomie ou d’efficacité à la disposition des touches sur nos claviers informatiques.

    Alors pourquoi sont-ils comme ça ? Hé bien « parce qu’on a toujours fait comme ça »

    A côté de ça, de doux rêveurs tentent de rationaliser la chose, et développement des dispositions de claviers beaucoup plus économiques, comme la BEPO en français. Séduit par la chose, j’ai pris l’option BEPO et décidé de passer tous mes claviers sur cette disposition.

    Sur l’ordinateur portable j’avais collé des autocollants (ne riez pas, le résultat est beaucoup plus propre que ce que vous pensez) et pour les fixes, je m’était procuré des claviers Typematrix très sympathiques.

    Sur le coup, c’est raide: Une fois le clavier branché, on perd tout repère, on redevient néophyte. Puis, avec l’aide de logiciels dédiés, on apprend la logique du bépo: Ne pas bouger les mains, garder les index sur les ergots du clavier. La frappe oscille d’une main à l’autre, les voyelles sont sous les doigts, c’est très élégant.

    Sauf que je c’est super dur de s’arracher à des décennies d’habitude de l’AZERTY ! Du coup je multipliais les fautes de frappe (ce qui, professionnellement parlant, est assez moyen) et ma productivité s’en trouvait réduite…

    Enfin, ma transition vers le monde Apple a achevé de me convaincre de revenir à l’AZERTY: Le clavier Apple est agréable à la frappe et au regard. J’ai donc laissé tombé, revendu mes Typematrix, et remis un clavier AZERTY sur le PC de la maison.

    Conséquence: Mes filles, qui auraient facilement pu partir en BEPO ex-nihilo, démarrent en AZERTY elles aussi.

    Et voila: On a toujours fait comme ça…

     

  • 0 commentaire
  • Classé dans : Geek
  • USA COUNTY AWARD

    Je serai bien en peine d’expliquer la raison pour laquelle cette histoire de comtés americains m’intéresse beaucoup plus que les « oblasts » russes ou les « préfectures » japonaises.

    Pourtant, c’est un fait: depuis plusieurs années, ce diplôme me motive, et, alors que je ne contacte plus les nouveaux DXCC que par une espèce d’obligation morale (« tu as commencé, maintenant tu dois finir ») je ne rechigne jamais a faire un peu de « county chasing » pour améliorer mon score.

    Il faut dire qu’il y a de quoi faire avec les comtés US: 3077 en tout. Et ce n’est pas tout de les contacter, il faut ensuite obtenir les confirmations sur lesquelles les comtés sont mentionnés. Les americains ne sont pas de très bons QSL’ers, et mon ratio actuel contactés / confirmés est d’environ 2/1.

    Les confirmations peuvent se faire par QSL ou eQSL, les discussions entre l’ARRL et CQ n’ayant pas débouché, visiblement (on parie que l’ARRL veut prendre du pognon sur les diplômes des autres ?) Le LotW n’est pas accepté.

    Il existe aussi des cartes spécifiques aux county-chasing, les Mobile Reply Cards (MRC) qui permettent, en une seule carte, de confirmer plusieurs comtés avec une seule station, ce qui est utile lorsque vous contactez des « rovers » qui sillonnent pleins de comtés en une journée (notamment, mais pas seulement, lors des QSO parties).

    Avec un peu plus de 1000 comtés contactés je dépasse un peu les 500 confirmés. C’est le seuil d’entrée pour l’USA-CA décerné par le magazine CQ.

    Sur le papier, le processus d’attribution du diplôme est un peu compliqué : il faut remplir un carnet spécifique, commandé à l’avance. Ce carnet servira de référence ultérieure pour valider des « endossements » au fur et a mesure de l’amélioration de votre score. En pratique, il est également possible de soumettre des candidatures avec d’autres listes. Pour ma part, DXKeeper m’a édité une liste parfaite prête à adresser au responsable du diplôme, K1BV.

    Une vérification des QSLs doit être réalisée. Lors du dernier salon de Monteux, F6HIA et F6EEQ ont donc assuré cette vérification (merci chers OMs !) et j’ai enfin pu adresser ma demande.

    J’ai reçu le diplôme il y a quelques jours, et mon attribution sera mentionnée dans « CQ » de mai 2015.

    Voilà donc quelque chose pour lequel je travaillais depuis pas mal de temps qui aboutit !

      

     

  • 0 commentaire
  • Classé dans : Trafic
  • Le CQWW fait le ménage

    Le comité du CQWW a annoncé ce 18/04/2015 un certain nombre de disqualifications et d’avertissements a la suite du CQWW SSB 2014.

    La majeure partie des disqualifications est liée à l’utilisation non déclarée du cluster.

    Trois français sont ainsi disqualifiés: F4BHW, F4FLQ et F4GVZ.

    Les avertissements, quant à eux, sont généralement liés à des émissions hors-bande. C’est le cas pour TM1A qui s’est fait pincer au dessus de 1850kHz sur 160m.

    Qu’en pensez-vous ? Pour ma part, quelques remarques :

    • C’est très bien que le CQWW fasse le ménage. Il y a même des avertissements pour « signal trop large » !
    • N’est-il pas paradoxal que l’on punisse moins sévèrement un comportement illégal (transmission hors bande) qu’un comportement anti-sportif (cluster) ? Le comité a cependant annoncé que si cela ne suffisait pas, les sanctions seraient renforcées l’an prochain.
    • Il y en a qui doivent serrer les fesses pour le CQWW CW.. Excellent !
  • 0 commentaire
  • Classé dans : Uncategorized
  • Musique et Morse

    Le code morse est une musique. Une affaire de rythme surtout.

    Rien d’étonnant donc à ce que les deux se rejoignent parfois.Les incursions de l’un chez l’autre sont à double-sens:

    Parfois les adeptes du morse se mettent à faire de la musique, ce qui nous donne des morceaux connus (dans le milieu) comme CQ SERENADE ou THE RYTHM OF THE CODE.

    Plus fréquemment, c’est l’inverse qui se produit, et le code morse se retrouve au milieu d’un morceau musical.

    J’ai compilé une liste de morceaux contenant du morse. La liste est sur Spotify. Il faut se connecter, mais vous pouvez écouter les morceaux sans être membre payant. On y trouve de tout, 30 titres depuis Beethoven (!) jusqu’à la techno en passant par The Clash ou Depeche Mode.

    Avez-vous retrouvé le morse dans chaque morceau ? Parfois, il se cache assez bien !

    Connaissez-vous d’autres morceaux qui pourraient y figurer ?

  • 2 commentaires
  • Classé dans : Uncategorized